Accéder au contenu principal

"Est-ce que tu y crois ? – Moi, je ne me pose pas la question."



L'avare, par désir de son trésor, s'en prive. Si l'on peut mettre tout son bien dans une chose cachée dans la terre, pourquoi pas en Dieu ?

Mais quand Dieu est devenu aussi plein de signification que le trésor pour l'avare, se répéter fortement qu'il n'existe pas. Éprouver qu'on l'aime, même s'il n'existe pas.
Simone Weil, La Pesanteur et la grâce.

Une façon de bondir par-delà la foi, de se délester des problèmes de la foi en saisissant soudain que ce sont de "faux problèmes" (au sens où l'entendait Bergson) : choisir l'amour en lieu et place de foi, comme manifestation d'indifférence à la foi, moyen de s'en passer.

Il est évident qu'un mystique en extase n'a plus besoin de foi, de croire, de désirer, puisqu'il sait, il est en ce qu'il désirait, et qu'il n'y a plus de séparation entre son désir et son but. Mais cette idée est toute autre, qui veut que l'existence ou non de Dieu importe peu à qui L'aime vraiment, ou choisit de L'aimer. Bien sûr, l'amour total, désintéressé, celui qui résout toujours tout selon Jankélévitch, –"Ainsi, l'amour arrange tout"– ne demande rien à l'être de son amour, pas ses faveurs, pas même sa présence, et cela fut aussi choisi par nombre d'amants éperdus et retirés dans le renoncement.

Mais si, dans ce rien que l'on entend ne pas réclamer, est inclue son existence ? On peut demander à Majnûn de ne plus voir Laylâ, et pour finir Majnûn n'aura plus conscience de qui est Majnûn car tout, en lui et hors de lui, est Laylâ, soit. Mais au tout début, aurait-on pu demander à Majnûn d'aimer Laylâ sans avoir jamais vu Laylâ, d'aimer Laylâ non pas en raison de son existence, mais sans se soucier qu'elle existe ou non, parce que son être ou l'idée de son être est aimable ?

Ainsi l'on choisit de se mettre au service du roi, de prendre ce service, sans raison ni sagesse, sans foi et sans souci de certitude, non pas par un acte de confiance et en choisissant l'effort de cet acte de confiance, mais par un choix d'amour qui pousserait à un acte d'amour qui n'est pas au-delà de la foi, mais à côté, en-dehors, pour qui la foi n'est pas un problème. Interrogé sur sa foi – Est-ce que tu crois ? – pouvoir ainsi répondre, comme le sage d'Épictète : "Moi, je ne me pose pas la question."

Mais, me dira-t-on, ce bien existe-t-il ? Qu'importe ? Les choses d'ici-bas existent, mais elles ne sont pas le bien... Et qu'est-ce que ce bien ? Je n'en sais rien. Qu'importe ? Il est ce dont le nom seul, si j'y attache ma pensée, me donne la certitude que les choses d'ici-bas ne sont pas des biens...

Et du fait que les choses autour ne soient pas le "bien" et que ce manque ou ce désir du bien demeure, Simone Weil sentait que c'était son désir, non la foi, qui lui donnait de l'être au Désiré.

" Dès lors Dieu est, puisque je Le désire : cela est aussi certain que mon existence."

"Éprouver qu'on l'aime, même s'il n'existe pas" fait entrer dans une toute autre épreuve que celle de la foi dans la nuit obscure qui frappe si communément les "croyants". Si Dieu se retire, c'est qu'il veut être aimé généreusement, c'est qu'il veut nous forcer à être généreux. On ne le possède pas, on ne l'épargne pas chichement comme un talent enfoui dans la terre, on ne le fait pas fructifier non plus comme un bon serviteur, on le laisse partir ou il nous file entre les mains, comme de l'argent qu'on aurait perdu étourdiment dans la rue, pour nous apprendre à aimer autre chose que sa présence : son absence aussi, qui peut être une absence magnifique, adorée, magnifiant le monde, (tels les Invisibles se laissant pressentir dans le vide des niches du palais d'Ali Kapou). Un Dieu qui serait donc autant aimé d'être que de ne pas être, un Dieu de la théologie négative.

C'est lui qui, par l'opération de la nuit obscure, se retire afin de ne pas être aimé comme un trésor par un avare.
Electre pleurant Oreste. Si on aime Dieu en pensant qu'il n'existe pas, il manifestera son existence.

Pour Maître Eckhart, la perte momentanée de Dieu n'est pas plus grave que d'avoir égaré un trousseau de clé, et encore moins durable. Pour Simone Weil, c'est en perdant, ou en y croyant très fort, à cette perte, que l'on trouve. Si bien que, paradoxalement, il est plus indiqué, en l'aimant, ou pour l'aimer, d'avoir foi en l'inexistence de Dieu que d'avoir foi en son existence. Après la théologie négative, la foi négative...

"...il n'y a plus rien qu'un horizon inaccessible, et, à l'horizon, une présence opaque à laquelle on se convertit par décision aveugle, non point dans la lumière de l'intuition, mais dans la nuit de la foi ; l'indéfinie compressabilité du presque-rien apparaît alors à celui qui rêve d'accomplissement et de perfection comme la ruse tactique d'une incompressibilité foncière : l'inintelligible ne cède sous nos pas que pour aggraver notre enlisement, ne recule devant nous que pour nous attirer plus profondément au coeur de l'absurde.
Vladimir Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,I.

Il faut chercher la nuit, gagner le cœur le plus noir de la nuit, fermer les yeux pour qu'elle en soit plus sombre encore, et ne pas attendre l'aube, ne pas croire en l'aube, par absolu amour du soleil absent, qui fait qu'on ne se soucie plus de la venue de l'aurore. Comme le soleil-bonheur de Rûmî autour duquel les atomes dansent, ce soleil qui est "sans raison ni condition" doit ainsi être aimé – si l'on choisit d'aimer– sans raison ni condition.
La Pesanteur et la grâce

Commentaires

  1. Très beau et profond texte, notamment le dernier paragraphe. Je vais le relire à nouveau à tête reposée. Cette fois-ci tous les liens fonctionnent correctement.

    RépondreSupprimer
  2. Tiens donc, à présent, quand on clique sur un lien il n'est plus vert comme Khidr mais bleu.

    RépondreSupprimer
  3. C'est parce que le vert tuait les yeux sur ce gris. Mais Khidr m'en voudra pas trop, il est pas comme ca...

    RépondreSupprimer
  4. A propos de tuer les yeux, essaye donc de lire cette citation que tu as mise dans ton portrait psychédélique sur la page d'accueil.

    RépondreSupprimer
  5. Oui, mais ça c'est exprès pour embêter le monde :D

    De toute façon, cette citation, c'est pas la première fois qu'on la voit ici, c'est même du réchauffé...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …