Accéder au contenu principal



Découvert l'antésite. J'aime assez.

*

Tous ceux qui écrivent 'tord' pour tort.

'Y a comme un différentiel entre les deux', phrase qui remporte sans conteste la palme de la laideur en plus de ne rien vouloir dire (un différentiel est un système mécanique).

'En période de fertilité, les femmes parlent plus aigü' ; on sent que le rédacteur sait qu'il y a un truc avec le ¨ à ne pas oublier dans cette histoire, on le lui a dit, alors mettons-en partout, Dieü reconnaîtra les siens.

Ministre homicide : 'En France, la castration chimique avait été envisagée en 2009 après le meurtre d'une joggeuse par Michèle Alliot-Marie' 

Sinon, appris l'expression 'tour des anges', en finances, qui me ravit.

*

tournedos, fondue d'oignons au vinaigre de framboise, gratin de courgettes à la mozarella.

infusion de thym, basilic, citron, miel et valériane d'Iran (ou enfants d'Aragog). Le thym le basilic et le miel ont enrayé le mal de gorge, je cherche encore une potion magique contre la sinusite et les maux de tête. Je déteste avoir mal à la tête alors que je n'ai bu que de l'eau depuis 2 semaines. C'est franchement IMMORAL.

*

Je me demande pourquoi les gens ont un air effrayé quand ils entrent en biblio alors que j'écoute Domenico Belli.

*

'Par exemple, on dit d'Untel qu'il a un penchant pour les femmes, de tel autre, un penchant pour les petites filles.'Nasir od-Din Khosrow, dans Le Livre des deux Sagesses. Le ton benoît et bonhomme avec lequel il énonce son exemple a quelque chose de savoureux sous le calame de ce pieux ismaélien. Autres temps, autres mœurs.

*

Vu le nombre de doctorants qui me demandent de leur 'faire une bibliographie', je me demande ce que veut dire aujourd'hui le mot 'chercheur'.

*

Rien de plus bête que la 'sagesse' du Siracide. Enfilade de lieux communs, plat bon sens, très 'vieux con' dans l'esprit. On imagine un vieillard radoteur et ronchon sermonnant la jeunesse tout en lui en voulant secrètement de ne plus avoir l'âge de courir le guilledou : "obéis à ton père, fais pas pleurer ta mère, méfie-toi des femmes, du vin, n'invite pas l'étranger chez toi", etc. Morale mesquine à l'usage des petits boutiquiers de la vertu. Au reste, ce genre de platitudes sentencieuses fleurissaient dans tout l'Orient antique, rien de très original, ni inspiré.

*
Le récit du portrait photographique de la grand-mère, pris par Saint-Loup, sachant ce que le narrateur ne sait pas encore.

*

Merveilleux Côtes du Jura blanc, 2006 (qui m'a d'ailleurs passé ma crève mieux que toutes les tisanes de thym).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …