Accéder au contenu principal

Fin

Avançant dans ma relecture du Seigneur des Anneaux je découvre soudain l'envergure de Faramir, beaucoup plus impressionnant qu'Aragorn. Avec quelque chose de Gandalf, comme le flaire Sam, alors qu'Aragorn et Frodo sont marqués par les Elfes. Peter Jackson en a fait un personnage assez falot, gentil mais écrasé par son père et son frère, le cadet complexé. Il est beaucoup plus que cela. 

He embraced the hobbits then, after the manner of his people, stooping, and placing his hands upon their shoulders, and kissing their foreheads. 'Go with the good will of all good men !' he said.
They bowed to the ground. Then he turned and without looking back he left them and went to his two guards that stood as a little distance away. They marvelled to see with what speed these greenclad men now moved, vanishing almost in the twinkling of an eye. The forest where Faramir has stood seemed empty and drear, as if a dream had passed.

Plus que Boromir, c'est lui qui a la stature d'un steward du Gondor.

*

Je bazarde ma biblio. Je me rends compte que je fais ça tous les dix ans : À 25, 35, et maintenant 45. Je me rends compte aussi que plein de livres ne m'intéressent pas tant que ça, je les ai utilisés, et dépassés, par exemple toute cette théologie musulmane. Changer sa biblio, c'est l'auto-auto-da-fé, la mort et la renaissance du phénix, c'est faire âme neuve.

Quand j'aurai bazardé tout le superflu de ma bibliothèque, je saurai qui je suis en ce moment et, peu à peu, au fur et à mesure que des titres s'ajouteront, ce que je vais devenir ces dix prochaines années.

*

Décidé de fusionner tous mes blogs, fatiguée de cette dispersion. Envie d'un site total, qui regrouperait à la fois Amedî, Vita Nova, les photos, c'est-à-dire tout ce que je fais, lis, dit. Hésité à en ouvrir un troisième, ou bien lequel garder ? Mais j'ai pas envie de me faire incendier par le Matran d'Amadiyya, alors c'est Amedî que je garde et qui récupère tout. La fusion risque d'être un joyeux fatras, mais j'ai toujours été bordélique dans la vie, je ne vois pas pourquoi je ne le serais pas sur un site perso. 



Et ce matin, en marchant dans les rues, comme hier au soir, je me sentais libre. Moi-même, enfin. Pas d'un côté la 'kurdologue' (ce mot affreux !) et de l'autre la mystico-barrée de Vita Nova, e tpuis la photographe et puis la collectionneuse de musique. Un blog d'écrivain, comme Mabanckou, dit Mademoiselle Frog. Elle a raison, il faut toujours lorgner chez les collègues.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Règle nº 1 : La manière dont tu vois Dieu est le reflet direct de celle dont tu te vois. Si Dieu fait surtout venir de la peur et des reproches à l'esprit, cela signifie qu'il y a trop de peur et de culpabilité en nous. Si nous voyons Dieu plein d'amour et de compassion, c'est ainsi que nous sommes. Règle nº 2 : La voie de la vérité est un travail du cœur, pas de la tête. Faites de votre cœur votre premier guide ! Pas votre esprit. Affrontez, dépassez votre nafs avec votre cœur. Connaître votre ego pour conduira à la connaissance de Dieu. Règle nº 3 : Chaque lecteur comprend le saint Coran à un niveau différent, pour aller à la profondeur de sa compréhension. Il y a quatre niveaux de discernement. Le premier est la signification apparente, et c'est celle dont la majorité des gens se contentent. Ensuite, c'est le batini – le niveau intérieur. Le troisième niveau est l'intérieur de l'intérieur.Le quatrième est si profond qu'on ne peut le mettre en mo…

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Andrea del Castagno, v. 1450, Galerie des Offices, Florence. La chrétienté médiévale s'approprie les apports de l'Islam à la façon d'un pillage de la pensée, d'un butin intellectuel pris à l'ennemi. Jacques Le Goff cite à ce propos le clerc anglais Daniel de Morley, venu au XIIº siècle à Tolède pour y apprendre l'arabe en empruntant un argument au saint Augustin de la De doctrina christiana, lequel justifiait le pillage des sciences païennes au service de l'Église à la manière dont les Hébreux de l'Exode emportèrent des trésors d'Égypte pour en orner leur Arche d'Alliance : "Nous aussi qui avons été libérés mystiquement de l'Égypte, le Seigneur nous a ordonnés de dépouiller les Égyptiens de leur trésor pour en enrichir les Hébreux. Dépouillons-nous donc conformément au commandement du Seigneur et avec son aide les philosophes païens de leur sagesse et de leur éloquence, dépouillons ces infidèles de façon à nous enrichir de leur dépouill…

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…