Accéder au contenu principal

Vu Star Wars II. C'est quand même pas très palpitant. Le défaut de la science-fiction, par rapport à la fantasy, c'est qu'ils ne peuvent pas monter dans un véhicule sans expliquer le pourquoi du boulon et de la force électro-thermo-machin-chose autour d'eux. Comme si, dans la vie, un conducteur se croyait obligé d'enseigner le principe du moteur à explosion dès qu'il embarque un passager dans sa voiture. La fantasy, c'est plus réaliste, de ce point de vue : ça marche comme ça, et on ne s'interroge pas plus là-dessus que moi sur le fonctionnement de mon frigo.

Même défaut descriptif dans les romans historiques : cette manie de détailler chaque bouton de culotte ou chaque moulure de style, faisant de chaque scène un cours d'arts déco.

*


crème de carottes, lait de coco, gingembre africain, piment, cuisse de chapon rôtie.

*

rôti de chevreuil avec marinade au vin blanc, écrasées de pommes de terre à la truffe, un verre de Pessac-Léognan.

*


Dévoré toute la soirée Un amour de Swann comme si je ne l'avais jamais lu, comme si je brûlais de connaître la fin, et en fait, oui :  Je découvrais une histoire palpitante dont je voulais savoir la fin. Sur une période de 20 ans, je n'ai jamais lu la même histoire, dans La Recherche. Question d'expériences :  en fonction de ce que l'on a vécu, ou fait vivre à d'autres, comme la lanterne chinoise dans la chambre d'enfant du narrateur, les histoires et les héros s'éclairent différemment.

Je n'avais d'ailleurs jamais noté que Swann était un ancien de l'École du Louvre. Il était temps de m'en apercevoir. 

*

Parfois, dans ces périodes où je rêve beaucoup, des rêves qui ne me concernent même pas, je vois évoluer des personnages absolument inconnus, dans des intrigues compliquées qui ne sont pas moi. Je me demande alors s'il n'arrive pas qu'on puisse pêcher des rêves, dans le sommeil, à un vaste océan d'inconscients dormant de même autour de nous ; en bref, dans des concentrations humaines, rêver les rêves des autres, des rêves presque publiques, anonymes. En dormant, nous devenons peut-être tous des Little Nemo, au sens où Nemo c'est personne et tout le monde. 



*


"C'est singulier, en littérature, la chose faite ne vous tient plus aux entrailles. L'œuvre que vous ne nourrissez plus, vous devient pour ainsi dire étrangère. Il vous prend de votre livre une indifférence, un ennui, presque un dégoût." Journal des Goncourt, 27 janvier 1859.

Allons, je ne suis pas seule à éprouver ça, presque la détestation de mes livres (et, en ce qui concerne, cela va plus loin, dans ma propre vie).

'On ne fait pas les livres qu'on veut. Il y a une fatalité dans le premier hasard qui vous en dicte l'idée. Puis c'est une force inconnue, une volonté supérieure, une sorte de nécessité d'écrire qui vous commandent l'œuvre et vous mènent la plume ; si bien que quelquefois le livre ne vous semble pas sorti de vous-même : il vous étonne comme quelque chose qui était en vous et dont vous n'aviez pas conscience.' Février 1861.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …