Accéder au contenu principal

Maintenant le Livre noir de Pamuk m'ennuie. J'avais pourtant bien aimé ce livre, lu à Istanbul,  dans le même temps glacé et pluvieux que l'histoire. Jusque-là, c'était mon préféré de lui. Je me demande si La Vie nouvelle, que j'avais bien aimé aussi, me ferait le même effet.

Par contre, relisant le Proslogion d'Aselme, qui est un petit livre charmant et poétique, cela m'enchante, alors que la première lecture ne m'avait pas fait tant d'effet que ça. Je dois avancer en ontologie. C'est tout simplement délicieux à lire. 

*

Café au gingembre. Aussi bon qu'à la cardamome. Peut-être meilleur.

Tagliatelles à l'encre de seiche, sauce tomate basilic, pétoncles et noix de saint-jacques, vin blanc, crème fraîche, gingembre.

*

La clarinette dans Gnarly Buttons III, Put your loving arms around me. Un envoûtement. Et j'ai aimé ça, aussi :





Beijing Coma, très bon, un sacré roman. En même temps, ces récits d'une telle férocité sur la Révolution culturelle me font dire qu'on n'éprouve jamais assez d'amour envers ceux que l'on aime, en contre-partie, non pas pour gaver l'autre d'un trop-plein, t'aimer 'ras la gueule', jusqu'à t'étouffer, mais pour contrebalancer toute la haine du monde. 

'Les matins argentés sont toujours pleins de nouvelles résolutions' 
'Plus les gens disent que quelque chose n'existe pas, plus j'ai envie de partir à sa recherche.'

Naturellement, cela m'a donné envie de lire le Livre des monts et des mers. Traduction française épuisée, introuvable, disponible en anglais chez Penguin.

*

Je poursuis l'araméen et je me rends compte à quel point la traduction du Notre Père en français est nase. Malkutha, c'est 'Royaume' et non 'Règne'. Je ne sais pas mais, pour moi, c'est différent, la règle, le lieu. Reçu les deux grammaires en anglais, pas simples comme des Assimil, mais déjà plus lisibles et pédagogiques.

*

'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.'
De tous les personnages de Twin Peaks, Albert Rosenfield est mon idole. Je t'aime, Albert. En même temps, discuté très sérieusement sur la possibilité que Sansa Stark n'aille pas finir quand même avec Willas Tyrell, à la toute fin des fins. Le Limier, c'est trop beau pour cette greluche ; il mérite mieux.

*

Une fois par jour, écouteur aux oreilles, méditation, écoute et lecture d'une cantate de Bach. C'est ma lectio divina. L'heure peut varier dans l'après-midi, mais ce qui ne varie jamais, c'est que c'est aussi l'heure du Cornichon (ou Cornichonne), venu avec ses questions de Cornichon et ses besoins de Cornichon. Ou bien c'est le moment où Collègue vient tailler une bavette. Toujours. Des irruptions tranchant sur des heures de paisible et studieuse solitude. L'effet 'pause Bach' est fascinant sur les emmerdeurs..

Tournedos déglacé à la crème et à la moutarde aux figues et romarin, pommes de terre sautées.

*

Essayé les enfants d'Aragog (c.a.d. la valériane reçue d'Iran) bouillis dans l'eau. Goût pharmaceutique et effet somniférique indéniable, non placebo, parce que je ne pensais pas du tout que ça ferait plus d'effet qu'une verveine ; mais soudain, j'ai senti un engourdissement électrique, comme une ivresse froide. Me suis couchée à 22 h, réveillée à 1 h, et bizarrement, assez réveillée. Rendormie jusqu'à 5 h, puis re-rendormie. Du coup, je ne sais si ça a des effets somnolence ou réveil.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …