Accéder au contenu principal


Lu Hans Urs von Balthasar, La Foi du Christ. Des choses un peu plus intéressantes sur la fin, sur l'Évangile selon saint Jean, mais dans l'ensemble… Ce n'est pas ma religion. Ce n'est pas mon christianisme : je tournais souvent les pages en marmonnant qu'est-ce que je n'aime pas cette religion… Il y a, comme chez Davy, quelque chose de sinistre dans cet amour de nuit, dans ce silence de glace.Aussi gênée par cette idolâtrie du "Christ historique" et du coup, fatalement, celle de la 'sainte famille'. Car dire 'Christ est Dieu' est finalement moins idolâtre qu'en faire une perfection indépassable, et béer (bêler) devant sans envisager qu'un seuil se franchit, qu'une hauteur se rejoint.

Je crois aussi que ce qui me gêne de façon insurmontable dans la théologie, c'est l'absence puérile de relativisme, même s'il y a progrès : on est passé du 'ma voie est l'unique voie de salut' à 'il y en a d'autres, mais la mienne reste la meilleure'. Et pour finir le bouquet : Femme sous la Croix = Mère douloureuse = corédemptrice. Le catholicisme finit par être un culte voué à Marie autant, voire plus, qu'au Christ. Ça donne des envies de se faire protestants…

*

queues de langouste + pommes de terre au four, arrosées de beurre citronné au parmesan

*

'Ma vie n'est pas derrière moi 
ni avant 
ni maintenant 
Elle est dedans.' 
Prévert, Soleil de nuit.

*
Il pleut et il ne fait pas chaud. Malgré cela, j'ai les pieds nus dans des sandales, comme un capucin. Tout ça parce que, sans semelle orthopédique, je clopine, sirène marchant sur un tapis d'aiguille.

*

Films que j'ai tenté de voir plus d'une demi-heure, sans succès :

– Pollock
– Lost in translation
– Mes voisins les Yamada


*

Je lis Paul Veyne avec délectation. Chapitres très intéressants, où j'apprends beaucoup. Ainsi, sur la fameuse conjugalité monogamique et l'amour du couple chrétien, qui ne se plie, en fait, qu'au modèle romain qui s'impose à la même époque dans la société romaine. Les chrétiens ne font donc qu'imiter le couple romain de l'Antiquité tardive. Id. sur l'idée des pratiques sexuelles 'contre-nature', succédant à la réprobation des pratiques 'amollissantes'.

Pas de fête collective sans souffre-douleur, pas d'inauguration sans victime immolée. Caligula était un grand folkloriste.

Disons que ces gens-là vivaient dans la tension de l'amitié et de l'envie, alors que, depuis le christianisme, nous vivons ou croyons vivre dans cette de l'humilité et de l'orgueil.

La femme n'était pas non plus la parèdre, maîtresse de la maison ; c'était une mineure que le mari gouvernait comme il gouvernait ses clients et ses affranchis. Cependant, il la respecte et la bat peu, sauf exceptionnellement, et, en ce cas, d'un coup de pied dans le ventre, pour injurier l'animal reproducteur, et non comme plâtre, à la façon d'un enfant qu'on corriger paternellement ; cela, ce sera la façon de battre des chrétiens.
Paul Veyne, La Société romaine.


*

Toutes les fois que mes pas se découragent, que je suis tentée de piquer ma crise, puérile et enragée, je pense à Shudjâ' ou à Sybille. Leur chemin, leur 'présence', leur 'existence' me donnent un courage que je n'ai pas. Je n'ai rien donné à mes personnages, c'est l'inverse : je leur dois tout.


*

Une écharde de 1 cm fichée sous l'ongle du majeur droit. Comme si j'avais fait un doigt d'honneur au monde et que l'on m'en punissait…


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …