Les musiciens de Chantepie


Pour avoir moins chaud nous prenions par la forêt de Chantepie. L'invisibilité des innombrables oiseaux, quelques-uns à demi marins, qui s'y répondaient à côté de nous dans les arbres donnait la même impression de repos qu'on a les yeux fermés. A côté d'Albertine, enchaîné par ses bras au fond de la voiture, j'écoutais ces Océanides. Et quand par hasard j'apercevais l'un de ces musiciens qui passaient d'une feuille sous une autre, il y avait si peu de lien apparent entre lui et ses chants que je ne croyais pas voir la cause de ceux-ci dans le petit corps sautillant, humble, étonné et sans regard.
A la recherche du temps perdu, tome 4 : Sodome et Gomorrhe, Proust.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les Quarante et le Pôle du monde

Les 40 règles de la religion de l'amour