Accéder au contenu principal

Les Sept degrés de l'amour spirituel



J'ai toujours pensé que par rapport à l'islam ou au judaïsme, le christianisme était une religion de l'impossible. On peut vivre selon la loi de Moïse. On peut vivre selon la chari'a. On peut vivre en imitant les prophètes, parce que ce ne sont que des prophètes et en plus de pragmatiques législateurs d'Etat. Mais il est impossible de vivre selon les commandements du Christ, à moins d'être un saint. L'Eglise a pu aménager par la suite des lois vivables pour le temporel, mais le fait demeure. Si l'on se reporte uniquement à la parole du Christ, à moins d'être un saint, on ne peut vivre en chrétien. Le prologue de Ruysbrock confirme :

La grâce et la sainte crainte de notre Seigneur soient avec nous tous.
"Tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde", dit saint Jean.
La sainteté véritable est née de Dieu.
La vie sainte est une échelle d'amour à sept degrés par quoi nous accédons au royaume de Dieu.
"la volonté de Dieu est que nous soyons saints."
Sinon, toujours ce travers chrétien dans la haine du monde, de la créature de la chair :

car "tout ce qui est né de la chair est chair et tout ce qui est né de l'esprit de Dieu est esprit". Mais bien que l'esprit par sa naissance naturelle chérisse la chair, l'esprit et la chair, par la seconde naissance qui vient de l'Esprit de Dieu, se deviennent contraires et se combattent. Car la chair désire contre l'esprit et contre Dieu, tandis que l'esprit, avec Dieu, désire contre la chair."

Finalement, c'est Jean-Baptiste l'ascète qui a gagné sur le Christ, lequel se faisait traiter d'ivrogne et de goinfre. D'ailleurs Ruysbroeck le cite en exemple ainsi que les anachorètes égyptiens. Or, comme les soufis vivent à l'opposé de leur prophète, les ermites chrétiens prennent la voie contraire de Jésus qui a toujours vécu dans le monde et sans mortification excessive à part le célibat. Ce refus du monde, cette haine du monde n'est d'ailleurs pas logique sauf si l'on est gnostique et manichéen. Car haïr la création pour se rapprocher du créateur est étrange.

Mais enfin sur le sixième degré, la description de ce qu'est l'extase amoureuse du mystique dépasse en intensité toutes les productions de la littérature "érotique" profane qui paraissent si pauvres, si limitées en leurs effets ; le "pur amour sans image", ça a une autre gueule, tout de suite. Comme dit l'auteur : "C'est un combat fort inconnu de ceux qui sont étrangers à cela."

L'amour veut toujours agir : il est une oeuvre éternelle avec Dieu. La jouissance toujours demande le repos, car, au-dessus de tout vouloir et désir, le bien-aimé étreint le bien-aimé, dans un pur amour sans image. Là, le Père avec le Fils se saisit de ceux qu'il aime dans l'unité fruitive de son Esprit au-delà de la fécondité de la nature. Là, le Père dit à chaque esprit dans un éternel plaisir : "Je suis à toi et tu es à moi. Je suis tien et tu es mien. Je t'ai choisi de toute éternité."

Le Saint-Esprit oeuvre en nous et c'est avec lui que nous faisons toutes nos oeuvres bonnes. Il clame en nous d'une voix forte et sans parole : "Aime l'amour qui t'aime éternellement." Son cri est un contact intime en notre esprit. Sa voix est plus terrible que le tonnerre. Les éclairs qui en jaillissent nous ouvrent le ciel et nous montrent la lumière et la vérité éternelle. L'ardeur de ce contact et de son amour est si grande qu'elle veut nous consumer entièrement et ce contact crie à notre esprit sans cesse : "Acquitte ta dette, aime l'amour qui t'a aimé de toute éternité." De là provient en nous une grande impatience et, au-dehors, des gestes et des manières étranges. Car plus nous aimons et plus nous désirons aimer. Plus nous payons ce que l'amour exige de nous et plus nous demeurons en dette. L'amour ne se tait pas, l'amour ne se tient pas tranquille, l'amour crie sans cesse, l'amour crie éternellement : "Aime l'amour !" C'est un combat fort inconnu de ceux qui sont étrangers à cela.

Aimer et jouir c'est agir et subir l'action.

Entre amour et jouissance est une distinction comme entre Dieu et sa grâce.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …