Accéder au contenu principal

Pourquoi sortez-vous ?



Dans l'introduction aux légendes de maître Echkart, je retrouve presque mot pour mot des extraits de la vitupération indignée de Zooey sur les adeptes de saint François :"Jésus savait - savait - que nous transportons partout le Royaume de Dieu avec nous, qu'il est à l'intérieur de notre être, dans un endroit où nous sommes bien trop stupides, bien trop sentimentaux, bien trop terre à terre pour aller regarder ?" La coïncidence est souriante, d'avoir lu Eckhart pour la première fois, avant Noël, en même temps que je relisais Franny et Zooey, par hasard.

"Comment faire comprendre ce mystère ? Comment faire sentir à l'homme ce désir insatiable qui pousse Dieu à venir naître en nous ? "Il y a quelque chose dans l'âme qui dépasse l'essence créée de l'âme, quelque chose que rien de créé ne touche, quelque chose qui n'est rien." (S. 28 AL). Nous vivons comme si ce quelque chose n'existait pas. Et pourtant ce quelque chose nous presse, nous oblige. Il n'y a pas pour nous de repos possible que nous n'y soyons devenus attentifs : "C'est une parenté divine, c'st Un en soi-même, cela n'a rien de commun avec quoi que ce soit. Et c'est là que bien des clercs fameux se mettent à boiter !" (S. 28 AL).

"Les gens me demandent souvent : "Priez pour moi !" Je ne puis m'empêcher de penser : "Pourquoi sortez-vous ? Pourquoi ne restez-vous pas en vous-mêmes et ne puisez-vous pas dans votre propre bien ? Pourtant vous portez essentiellement en vous la Vérité ?" (S 5b AL).

Il se peut qu'à un Maître ascétique doit succéder le disciple gnostique c'est-à-dire insouciant des vices et vertus - car "si le saint est vertueux, le gnostique est oublieux" - comme un juste balancier. Et après la Connaissance revient la Règle, est-ce une fatalité ou un besoin ?

"C'est là une figure bien connue de toutes les grandes traditions spirituelles, du taoïsme à l'Islam en passant par les sages de l'Inde : reconnaissant la supériorité du disciple, le maître se met à son école. Dans la tradition chrétienne, cette figure n'a-t-elle pas son modèle dans le Précurseur lui-même : "Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse" (Jn 3, 30), proclame-t-il en désignant ce jeune disciple, Jésus, qui était venu quelque temps auparavant se faire baptiser par lui.



Saint Jean Baptiste, Lorenzo Ghiberti,
1412-16, Orsanmichele, Florence.

"Pour moi, avait dit le Précurseur, je vous baptise dans de l'eau en vue de repentir ; mais celui qui vient derrière moi vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu." (Mt 3, 11). C'est le rôle de l'ancien homme, toujours, d'enseigner les voies de la pénitence : le jeûne, la veille et les actions vertueuses. Mais il ne fait là rien de plus que "préparer le chemin du Seigneur" (Mt 3, 3), ouvrir la voie pour un tout autre événement : la venue parmi nous, en nous, de Dieu lui-même : "Tous ceux-là sont des marchands qui aimeraient être gens de bien et accomplissent à la gloire de Dieu des oeuvres telles que jeûnes, veilles et prières, mais ne le font que pour obtenir quelque don en échange" (S.1 AL). C'est, dit Eckhart, ce que tant de clercs ne comprennent pas : "L'homme doit vivre de telle manière qu'il soit un avec le Fils unique. Entre le Fils unique et l'âme, il n'y a pas de distinction." Les Légendes de maître Eckhart.

Zooey : "Les deux Testaments sont remplis de pandits, de prophètes, de fils favoris, de Salomons, d'Isaïes, de Davids, de Pauls, mais enfin qui à part Jésus savait de quoi il retournait ? Personne. Pas Moïse en tout cas. Ne me dis pas que Moïse le savait. C'était un brave homme et il était en contact avec son Dieu, mais justement, nous y voilà : il était obligé de se tenir en contact avec lui. Jésus, lui, s'est rendu compte qu'il n'y a pas de séparation d'avec Dieu." J.D. Salinger, Franny et Zooey.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …