Accéder au contenu principal

Bruxelles, musées des arts royaux, salles anciennes


Synchro : devant la Piéta de Petrus Christus, dans mon ipod, le Stabat Mater de Vivaldi. Beau violet de la robe de droite (manganèse ?).

Roger Van der Wayden :



Portrait de Jean de Froimont : Volupté délicate des lèvres rosées, rides légères, pli de la paupière supérieure dessiné. Mains très soignées, belles, fines, légères, avec les plis et les phalanges. Un certain amour de la forme humaine du peintre dans ces mains-là.


Antoine de Bourgogne. Beau portrait. Ressemblance avec Charles le Téméraire. Un côté ombrageux dans cette dynastie hautaine et magnifique.

Lorenzo di Nicolo. Très beau visage d'homme figurant Saint Antoine abbé. Expression tourmentée, presque indignée.


Une lie-de-vin également intéressante sur les chausses du Saint Sébastien de Memling.


Maître de la légende de Sainte Madeleine : Annonciation. Très belle scène d'intérieur, tout en douceur, rouge sombre, lourde étoffe bleue, la chaleur du lit rouge qui domine toute la scène.


Maître de Saint Joseph : Mise au tombeau. Le ventre curieusement affaissé, gonflé et rond du Christ, dans un corps par ailleurs mince et parfait. Un ventre de femme, voire enceinte.



Le côté Alice au Pays des merveilles de la Tentation de Saint Antoine (Conte du Jaberwockeux, des tritons, le poisson-barque en bas ou le petit gnome à long nez de fourmilier en bas à gauche. Il y a même un côte Humpty-Dumpty dans le ventre percé d'une flèche à droite.


Je passe rapidement l'école allemande, même Cranach, auquel je n'ai jamais trop accroché : le corps de ces Eve, je le trouve assez flou, monocorde, avec quelque chose d'indécis, d'inachevé, sans présence charnelle.



Gérard David. Très jolie scène d'intérieur et d'une timidité dans la soupe au lait. Chardin a beaucoup pris de lui dans ses scènes (benedicite). Même intimité délicate dans la quasi-monochromie des natures mortes.

Pourbus. La belle ligne du chapelet, le regard concentré, pieux et bon de l'orante. Qui regarde en dehors du tableau, en bas, une part d'adoration au-delà du monde, mais pas en haut. Un en-deçà divin.



A côté les jolis minois, un peu précieux, de Metsys, frappent moins.


Fillette à l'oiseau mort. Très beau portrait, grands yeux gris, accusateurs. Même gris pour les yeux que pour le bandeau.


Beuckeleer : La cuisinière et ses aides. Jolies scènes, jolie composition, originale.


Brueghel II. Neige splendide, taches de couleur joyeuses des vêtements, tons de kermesse pour un massacre des Innocents.


Devant Bethléem, très beau morceau de peinture, des rares charrettes sur la neige, indiquant dans tout le tableau où se trouve le couple saint.


Tout de suite dans le 17° je fonce sur un, de loin. Ribera. Saint André. Rien que du noir et gris et la lumière des mains et des visages. Les Espagnols.


Scène de pitié ? non, de piété, tableau moralisateur de la servante endormie de Maes.


Par contre, émotion de la Lecture de Bisshop. Même idée, au fond, toujours lire, ne pas lâcher sa veille, même dans la solitude des nuits.


Le nez de cochon du fils de Karel Dujardin (portrait de famille), encore un côté Caroll.


Metsu, Compagnie galante. La gaufre sur le plat de crème qui s'avance comme une tentation vers le spectateur.


Jacob Vrel : Intérieur hollandais.



Et parfois, dans un coin perdu on tombe sur le Changeur et sa femme.

Joli tableau de Cavaliers de Cuyp qu'on croirait sortis du Capitaine Fracasse.


Rubens. Portrait d'Hélène Fourment. Peinture d'amour et de volupté purs.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …