Accéder au contenu principal

Sur la sacro-sainte tolérance, valeur suprême de notre début de siècle avec le pacifisme et (bientôt rejoints par le végétalisme et les campagnes anti-foie gras) réflexions moqueuses et fines de Jankélévitch : est-ce que les tolérants au fond ne sont-ils pas foncièrement, au choix ou séparément : hypocrites, méprisants, élitistes ? La tolérance, une vertu ? mon oeil ! semble-t-il dire ? Regardez-vous un peu dans le miroir... Pourquoi, au fond, êtes-vous tolérants ? Et l'êtes-vous tant que ça quand vous l'affichez ? Et finalement, êtes-vous des gens bien parce que tolérants ? ou le contraire, d'affreux brahmanes méprisants ou calculateurs ?

"Ne pas toucher : ceci est commun aux conduites de tolérance et aux conduites de pureté ; le pur craint que l'intouchable ne lui donne ses pous ; le tolérant, plutôt que de violenter ou d'endoctriner son prochain, préfère ne pas le toucher. - Autrui, pour le tolérant, est un être opaque et impénétrable qu'on ne peut ni aimer ni comprendre, et qu'on a même renoncé à sauver. Nous nous désintéressons du salut de son âme. Désespérant de convertir celui qui est dans l'erreur, le tolérant abandonne le toléré à son sort ! Il le tolère tel qu'il est. Si nous tolérons l'adversaire, cela veut dire du même coup que nous ne chercherons pas à l'améliorer, que nous renonçons à l'amender, que nous le laisserons croupir dans sa crasse et ses erreurs. Entre la tolérance et le mépris, il y a des transitions insensibles, et l'on peut glisser de l'un à l'autre facilement facilement. Par la tolérance, l'homme paraît s'installer définitivement dans son statut de déchirure."

Ceci naturellement, peut s'appliquer aussi bien pour un croyant supportant avec un sourire bénin les athées ou mécréants, qu'un athée tolérant avec "indulgence" ces doux dingues de croyants, sans pour autant admettre qu'ils se rendent coupables de prosélytisme. Dans les deux sens, le prosélytisme, mal absolu ? Pourtant...

"Je supporte mon prochain, mais cela ne nous dit pas dans quel esprit je le supporte, ni pour quelle raison. Et si c'était par dédain ? Je dédaigne d'entrer en discussion avec lui et de lui faire la guerre. La motivation des conduites de tolérance est aussi variable que celle des conduites de patience. Son motif peut n'avoir rien de spécialement moral, comme le prouve le monde d'aujourd'hui, où l'on est souvent tolérant dans l'espoir que le fruit mûrira tout seul ; peut-être n'aurons-nous pas besoin d'assassiner, ni de convertir notre prochain, peut-être se convertira-t-il tout seul, par la force des choses ; il n'y aura plus qu'à cueillir le fruit lorsqu'il sera mûr. Tel est le motif inavoué de la "co-existence" plus ou moins pacifique dans un monde déchiré où règne l'équilibre de la terreur et où des adversaires irréconciliables se tiennent mutuellement en respect. Cette coexistence est évidemment une coexistence sans sympathie, une coexistence où le coeur n'est pas : c'est en vertu de cette tolérance qu'un peuple supporte un autre peuple, qu'un système tolère un autre système ; se jugeant lui-même dirigé dans le sens de la marche et de l'histoire, il pense que sa cause l'emportera fatalement un jour ou l'autre, et qu'il suffit de savoir attendre. A ce point de vue, la tolérance est simplement une tactique qui fait confiance au temps."


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …