Naïveté à la fois bébête et fraiche du livret de La Flûte enchantée. Essai d'une autre mythologie, qui change des récits d'Ovide ou de l'Enéïde, une autre féérie. Fatigué de ces "idoles qui chient du marbre" (dixit Forman), on s'amuse à chinoiser, à persaniser, à franc-maçonniser, avant de retourner au culte froid de la déesse Raison. Après oui, viendra le Romantisme, mais ce n'est pas la même chose (même si c'est tout aussi concon). Finalement la source maçonnique dans l'art n'aura été qu'un feu de paille.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les Quarante et le Pôle du monde

Les 40 règles de la religion de l'amour