Accéder au contenu principal

Plebs Media



Dans son introduction à La Société romaine, qui est une étude sur la "classe moyenne" et notamment ses sources de revenus, Paul Veyne prend en exemple son illustre homonyme (voire saint patron) :

Saint Paul, à Tarsem n'était pas un humble tisserand : ce citoyen romain était un industriel.

et il cite, en bas de page, W. A. Meeks, (The First Urban Christians, 1983, Yale) :

"Paul se prévaut, dans sa Première Épître aux Corinthiens, 4, 12, de gagner sa vie de ses propres mains ; c'est révélateur : un pauvre n'aurait pas pensé que travailler de ses mains méritât une remarque spéciale. Paul avait été formé pour être propriétaire ou manager."

De même son entourage :

Dans la lointaine colonie latine de Corinthe, saint Paul vit dans un entourage tantôt populaire, tantôt plus bourgeois ; une moitié environ des personnages que ses épîtres nous font connaître appartiennent à la classe moyenne : ils possèdent une maison, ils voyagent,  ils occupent un office à la synagogue."

De ce fait, quand on lit ce qu'il donne comme définition très large de pauper (qui peut tout aussi bien vouloir dire classe moyenne, petite bourgeoisie), on peut supposer que le christianisme, loin d'être la religion des miséreux et des esclaves, a d'abord été une religion de la plèbe moyenne (plebs media).

Il mentionne aussi la "riche tunique" que portait le Christ lors de sa crucifixion, "sans couture". Habit de fête peut-être (c'était Pâques après tout) ou bien 'allégorie' qui collait au psaume 22 ; et puis, il avait des relations dans de bonnes maisons, on peut supposer que de riches adeptes se chargeaient de l'habiller.

Mais que ce soit pour Pierre et son frère (dont le père semble posséder sa barque) ou le métier de charpentier de Jésus, si l'on soumet cette imagerie de "classe populaire et laborieuse" à celle de la plebs media, s'agissaient-ils de modestes artisans ou ouvriers ou bien de petits patrons, à la tête de leur entreprise ? Je ne connais pas bien la société juive au temps de l'occupation romaine, mais les qualificatifs de 'foule ignorante', ou de 'gens du peuple', ou de 'pauvres' , etc., dans la société gréco-romaine, ne voulaient pas forcément dire qu'il s'agissait de 'miséreux'. Le christianisme, religion de la middle-class? Ce qui est aussi frappant, c'est la culture 'hédoniste' de cette plebs media : carpe diem, jouis des plaisirs de la vie et de tes biens tant que tu le peux encore, la mort te privera de tout. Rien n'est plus opposé à cela que le christianisme, et c'est pourtant ce milieu qu'il va pénétrer. 

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

Les 40 règles de la religion de l'amour

Règle nº 1 : La manière dont tu vois Dieu est le reflet direct de celle dont tu te vois. Si Dieu fait surtout venir de la peur et des reproches à l'esprit, cela signifie qu'il y a trop de peur et de culpabilité en nous. Si nous voyons Dieu plein d'amour et de compassion, c'est ainsi que nous sommes. Règle nº 2 : La voie de la vérité est un travail du cœur, pas de la tête. Faites de votre cœur votre premier guide ! Pas votre esprit. Affrontez, dépassez votre nafs avec votre cœur. Connaître votre ego pour conduira à la connaissance de Dieu. Règle nº 3 : Chaque lecteur comprend le saint Coran à un niveau différent, pour aller à la profondeur de sa compréhension. Il y a quatre niveaux de discernement. Le premier est la signification apparente, et c'est celle dont la majorité des gens se contentent. Ensuite, c'est le batini – le niveau intérieur. Le troisième niveau est l'intérieur de l'intérieur.Le quatrième est si profond qu'on ne peut le mettre en mo…