Abécédaire : CULTURE


… Les voyages des intellectuels, c'est de la bouffonnerie. Ils ne voyagent pas, ils se déplacent pour parler. Alors ils parlent à l'endroit où ils parlent, pour aller à l'autre endroit où ils vont parler. Et puis, même à déjeuner, ils vont parler avec les intellectuels de l'endroit. Ils ne vont pas arrêter de parler.
(…)
Mais les rencontres, ça ne se fait pas avec des gens, ça se fait avec des choses, quoi. Je rencontre un tableau, oui, ça, je rencontre un air de musique, je rencontre une musique, je rencontre une musique, ça, oui, je… je comprends ce que veut ça dire, une rencontre. Quand les gens y veulent y joindre en plus une rencontre avec eux-mêmes, avec les gens, là, ça ne va plus du tout. Ce n'est pas de la rencontre, ça. C'est pour ça que les rencontres sont toujours tellement, tellement décevantes, c'est toujours des catastrophes, les rencontres avec les gens."
(…)
Oui ! Je viens de le dire, les plieurs et les surfeurs, qu'est-ce que tu veux de plus beaux ? Ça, ce n'est pas des rencontres avec les intellectuels, tu vois, je ne fais pas de rencontres avec les intellectuels, ou alors, si je rencontre un intellectuel, c'est pour d'autres raisons que je l'aime et que je fais une rencontre avec lui, c'est pour ce qu'il fait, son travail actuel, son charme, tout ça, on fait des rencontres avec ces éléments-là, le charme des gens, le travail des gens… Mais pas avec les gens. On en a rien à foutre des gens, rien du tout."

Abécédaire, Gilles Deleuze, entretiens avec P. A. Boutang, 1988.

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les 40 règles de la religion de l'amour