"il eut des adversaires plus ignorants, par conséquent plus sûrs d'eux-mêmes"




Rancé ne rencontra pas toujours des Mabillon, il eut des adversaires plus ignorants, par conséquent plus sûrs d'eux-mêmes.

Une demoiselle Rose était venue à la Trappe. Thiers avait été charger d'examiner cette demoiselle ; il lui demanda "si elle était mariée", elle répondit "qu'elle ne s'en souvenait pas."





Jacques II était un pauvre souverain ; mais Rancé prenait son point de vue du ciel : qu'un homme soit rédimé au prix des plus grands malheurs, son rachat vaut mieux que tous ces malheurs ; qu'une révolution renverse un État ou en change la face, vous croyez qu'il s'agit des destinées du monde ? Pas du tout : c'est un particulier, et peut-être le particulier le plus obscur, que Dieu a voulu sauver : tel est le prix d'une âme chrétienne. Si des États sont bouleversés, c'est, dit l'apôtre, afin que des élus éprouvés parviennent à la gloire. Tout est pour les prédestinés, tout est subordonné à leur consommation ; et quand leur nombre sera rempli, on verra de nouveaux cieux et une nouvelle terre.

Vie de Rancé, Chateaubriand.

Commentaires

  1. Vraiment étonnant et magique ce texte.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, il écrit rarement avec ses pieds, le François-René :D.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, tu as raison, mais je parlais plus du fond que de la forme ; mais même là, il écrit plus avec l'intelligence du coeur qu'avec l'intelligence tout court.

    RépondreSupprimer
  4. Et pourtant il n'aime pas Rancé, au fond, il l'agace... Ce qui ne rend son empathie que plus époustouflante.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les 40 règles de la religion de l'amour