Accéder au contenu principal

Sur le Bien ou l'Un

Victoire de l'amour sacré sur l'amour profane
François Duquesnoy
1630, Galerie Spada, Rome.


Aucun prophète juif, à ma connaissance, ni le Christ, ni Muhammad n'ont enseigné la recherche de l'union et la connaissance extatique de soi par le divin. Plotin est peut-être le père de toute la mystique occidentale.

Plotin souligne avec insistance combien tout discours sur l'Un se révèle être d'abord un discours sur nous-mêmes : parlant de l'Un, ce n'est pas lui que nous désignons mais bien plutôt nos propres affections, que nous cherchons à exprimer en paroles lorsque nous percevons les effets de son action. Il ne s'agit donc pas d'une véritable "description" de l'Un, mais bien plutôt d'une "exhortation" qui doit en quelque sorte conduire jusqu'à lui, d'un "enseignement" qui doit "indiquer la route et le chemin" qui y remontent.

Sur l'âme amoureuse de sa source, plus encore que de sa moitié perdue comme dans le Banquet, et sur le fait que l'amour absolu, l'extrême pointe de la passion ne se soucie plus d'acte (et évidemment encore moins de possession) et que tout n'est plus que regard (ce qui permettra à Ruzbehan d'écrire des pages saissantes sur Dieu jaloux du regard de l'Esprit (et des créatures) sur Lui-même).

C'est la raison pour laquelle, quand elle parvient finalement au premier principe, l'âme est d'abord confuse, car, au lieu d'un "objet" de contemplation au sens propre, elle ne rencontre qu'elle-même, sa réalité la plus intime et la plus authentique qui coïncide avec l'origine et la source d'où elle est née. Libérée de tout "poids" sensible et de tout obstacle corporel, elle fait alors l'expérience véritable de l'"omniprésence" de l'Un, qui lui est "présent" et qui est "présent" partout et en toute chose, sauf en celles qui, en restant dans la multiplicité et dans la dispersion du monde sensible, ne se préparent pas à le reconnaître ; l'âme retrouve ainsi "la condition où l'on était quand on est venu de lui", c'est-à-dire l'unité originelle, simple et absolue, du tout. Cette expérience, qui n'est plus connaissance, peut être comparée à la passion amoureuse de l'amant qui, "en regardant l'objet de son amour, trouve son repos en lui".

Enfin, assez curieuse comparaison de l'âme perdue dans le monde vue comme une vierge "détournée du père" par de vaines promesses de mariage. C'est, d'une certaine façon, le total opposé du "tu quitteras ton père et la mère" pour te mettre en ménage, mais ça peut aussi expliquer cette parole peu claire (soit goguenarde, soit pudique, ou bien les deux à la fois) de Jésus sur les eunuques volontaires, dans ce passage assez drôle (le Christ n'est jamais pris en train de rire, mais peut-être était-il porté sur l'humour pince sans-rire justement) : "Ce que je viens de dire, tous ne peuvent le comprendre, mais uniquement ceux à qui la chose est donnée. Car certains sortent châtrés du ventre de leur mère. D'autres le sont par la main de l'homme. D'autres enfin choisissent cet état, à cause du règne des cieux. Que comprenne celui qui peut comprendre."(Matt. 19:12).

C'est pourquoi, quand elle est "en contact" de son être avec l'Un, l'âme en est "fécondée" : elle conçoit alors les choses les plus divines, elle jouit du bien suprême, parce qu'elle est proche de l'objet le plus digne d'amour. Plotin évoque cette condition de l'âme au moyen de deux images : celle d'Aphrodite qui est conduite par son amour naturel et pur vers son principe, mais qui, si elle se perd parmi les choses d'ici-bas, devient la proie d'un amour "vulgaire" qui la pousse vers les objets les plus bas ; et celle de la vierge qui aime son père d'un amour pur, mais qui, si elle est "trompée par de vaines promesses de mariage", en s'éloignant de lui, tombe dans les violences d'ici-bas. L'âme doit donc s'en tenir à un équilibre délicat, car la renommée vers le principe est parsemée de plusieurs obstacles qu'il lui revient d'éviter : comme le rappelle le chapitre 10, l'âme est en effet mélangée au corps, et elle ne peut en sortir entièrement durant la vie mortelle ; de plus, sa nature la fait raisonner "par démonstrations et preuves", tandis que la contemplation de l'Un se situe au-delà de toute forme de connaissance, y compris intellectuelle. Ce sont là des difficultés remarquables pour celui qui veut entreprendre le chemin vers son principe, car il s'agit d'une expérience à la fois "visuelle" et "unitive", qui suppose l'abandon définitif de tout ce qui est sensible et corporel et la fuite du monde d'ici-bas ; ce n'est qu'à ces conditions que l'on pourra se découvrir uni à l'Un, "enflammé" par sa lumière et transformé en lumière pure, et pour ainsi dire "transfiguré", au point de ne plus pouvoir distinguer le sujet et l'objet de la contemplation, désormais identiques. Et comment, dans de telles conditions, peut-on encore "parler de la contemplation si, contemplant ainsi l'Un, on se voit devenu la même chose que lui"? La seule comparaison qui en donne une idée est celle de la passion amoureuse de l'amant, qui tend à l'union avec l'objet de son amour et qui n'aspire qu'à faire qu'un seul être avec lui.
Plotin, Traités 7-21 : 9, VI, 9, Sur le Bien ou l'Un, trad. et présentation Francesco Fronterotta.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

Les 40 règles de la religion de l'amour

Règle nº 1 : La manière dont tu vois Dieu est le reflet direct de celle dont tu te vois. Si Dieu fait surtout venir de la peur et des reproches à l'esprit, cela signifie qu'il y a trop de peur et de culpabilité en nous. Si nous voyons Dieu plein d'amour et de compassion, c'est ainsi que nous sommes. Règle nº 2 : La voie de la vérité est un travail du cœur, pas de la tête. Faites de votre cœur votre premier guide ! Pas votre esprit. Affrontez, dépassez votre nafs avec votre cœur. Connaître votre ego pour conduira à la connaissance de Dieu. Règle nº 3 : Chaque lecteur comprend le saint Coran à un niveau différent, pour aller à la profondeur de sa compréhension. Il y a quatre niveaux de discernement. Le premier est la signification apparente, et c'est celle dont la majorité des gens se contentent. Ensuite, c'est le batini – le niveau intérieur. Le troisième niveau est l'intérieur de l'intérieur.Le quatrième est si profond qu'on ne peut le mettre en mo…