Accéder au contenu principal

Seagoing sandpipers


"A pair of Red-necked Phalaropes that had presumably started a nest here were conspicuously in evidence, small as they were, because their restless activity kept them constantly in a state of such active movement, whether on land, on the water, or on the air. The difficulty in observing them was not that of getting close enough, for they would repeatedly land on the water within twenty or thrity feet of the observer. But they did not stay. They flitted off again in darting flight over the grasses, down again and hidden from view, now up again, repeatedly uttering a single tone, a twit, often excitedly in rapid succession. Nothing could exceed their delicacy and elegance when on the water or on land. Obviously they were the aristocrats of some Lilliputian kingdom. On land they ran about with an agility one would have not expected in that, for three-quarters of every year, hardly have occasion to touch anything solid with their feet. On the water they rode high, their little heads on stalks, turning about this way and that, repeatedly, touching the surface on one side or another with the needle tips of their bills. Both wore a pattern of gray and white (bolder in the female) and both had an orange-red stain (brighter and more extensive in the female) than ran down from the back of the head over the throat, making each look like some flower of the marsh-weed through which it swam.

No Venetian ever blew anything as delicate in glass. No photograph can do justice to it ; no painter ever has. One needs the vast setting of sky and water to see how small the bird is. The daintiness of its hesitating and darting flight could never be reproduced."



"No less than the reader of these notes, Phalaropes and Snipe, Curlew and Oystercatch represent life on earth. One cannot even be sure that they are less important in whatever may be the great scheme of things."

The Storm Petrel and the owl of Athena, VI, Louis J. Halle

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

Les Quarante et le Pôle du monde

"Abdâl (sing. badal) est le nom qui est généralement donné aux saints inconnus, dont la présence est nécessaire pour le maintien de la vie sur la terre. Ils constituent une hiérarchie cachée et permanente, ayant à sa tête "le Pôle" (al-Qutb), et dont chaque membre est immédiatement remplacé à sa mort (cf. M. Chodkiewicz, Le Sceau des Saints, pp. 116-127). Le mot est d'origine traditionnelle, et l'on trouvera dans le Kanz al-'ummâl d'al-Muttaqî (V, pp. 332-334) 20 hadîths le mentionnant, et selon lesquels le nombre des abdâl est de 30 ou 40. Avec Ibn 'Arabî les données concernant les membres de la hiérarchie cachée des saints, leur nombre, leurs fonctions, se préciseront. Chez un auteur comme Abû Tâlib Makkî (mort en 996), l'emploi du mot abdâl reste encore incertain et fluctuant ; il est mentionné en 18 passages différents du Qût al-qulûb, avec des significations diverses : il y a des abdâl des justes (siddîqûn), des prophètes (anbiyâ'), des …