"Un chagrin n'est pas vraiment aigu ni profond si on peut le partager avec des amis."

"Une grande indifférence nous habitait. Nous savions qu'il était en notre pouvoir de mettre un terme à cette vie si nous le voulions; et parfois nous décidions de franchir le pas, mais chaque fois, nous en étions empêchés par les petits riens dont la vie est faite: soit parce qu'on allait nous donner ce jour même l'autorisation de "cantiner" pour un kilo de pain en prime et qu'il aurait été tout bonnement stupide de se suicider un jour pareil, soit parce que le chef de la baraque voisine avait promis de nous donner de quoi fumer le soir en paiement d'une vieille dette."

"Nous étions tous habitués à respirer l'odeur aigre des vêtements sales et de la sueur - encore heureux que les larmes n'aient pas d'odeur."


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…