Tokyo Park




Film très doux, très poétique. Avec cette grâce délicate et, en même temps, naturelle, de ne pas séparer vivants et morts, qui est bien un don de l'Extrême-Orient. En Occident, un fantôme serait soit 'fantastique' et donc effrayant, soit mièvre et ridicule, comme dans Ghost, avec en plus ces histoires de Jugement dernier et toute cette vulgarité… De Shinji Aoyama, j'avais aussi beaucoup aimé EurêkaIl y a une façon toute japonaise que j'adore, de parler d'amour et de mort. Ils y vont à fond dans les sentiments et pourtant c'est retenu comme une corde d'arc.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"