« La vie est un torrent d’éternelles disgrâces. »

Ambrosius Benson
v. 1520, huile sur bois
Musée du Louvre, Paris




Ouvrant L’imitation de Jésus-Christ traduite du latin par Corneille je réveille cette phrase : « La vie est un torrent d’éternelles disgrâces. » L’allégresse paradoxale de son ton éclabousse de bonne humeur ma journée à venir.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Les 40 règles de la religion de l'amour

La réponse est le malheur de la question