« La vie est un torrent d’éternelles disgrâces. »

Ambrosius Benson
v. 1520, huile sur bois
Musée du Louvre, Paris




Ouvrant L’imitation de Jésus-Christ traduite du latin par Corneille je réveille cette phrase : « La vie est un torrent d’éternelles disgrâces. » L’allégresse paradoxale de son ton éclabousse de bonne humeur ma journée à venir.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"