La mélancolie, c'est l'absence


Joli extrait d'entretien avec Jean Starobinsky dans le Télérama de cette semaine, interrogé sur le pendant de la mélancolie :

La présence. Car la mélancolie, fondamentalement, c'est l'absence. Mais en même temps, le mélancolique, en se repliant sur lui-même, peut se réfléchir lui-même… et la mélancolie devenir ainsi miroir de la mélancolie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Les 40 règles de la religion de l'amour

La réponse est le malheur de la question