Paysage de la fadeur


Se dégageant du fardeau des choses, il ne renonce pas à leur présence. Disponible, sans attache fixe, voguant au gré de flots calmes, voyageant d'ami en ami, il évolue dans un monde délivré de toute insistance et, par là-même, offert sans fin à la rencontre, à la jouissance. La fadeur du paysage peint ne correspond donc pas seulement à un effet d'art. Elle est l'expression de la sagesse, la vie fade est un idéal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Les 40 règles de la religion de l'amour

La réponse est le malheur de la question