Accéder au contenu principal

Classique du changement



Cherchons-nous un modèle non modélisé du devenir, une matrice qui intègre au sein même de la transformation son renouvellement et serve à saisir ce "changement de changement" qu'Aristote, se refusant à penser l'entre-formes, nous déclare impossible ? Retirons donc des mains des gourous ce livre de fond de la civilisation chinoise qu'est le fameux Classique du changement, ou Yi-jing, et exploitons ses cohérences. Issu des antiques pratiques divinatoires, il n'a d'autre objet en effet que de nous forner a`cette vigilance et d'éduquer notre attention : de nous apprendre à lire ces infléchissements graduels, continuels, au sein de la moindre situation, en suivant comment celle-ci se clive au fur et à mesure de son déroulement – à l'instar de ces clivages et fissurations détectées sur les os ou les carapaces soumis au feu, aux premiers temps de la mantique ; et aussi à observer les reconfigurations qui chaque fois en résultent, en les absorbant, et confèrent si discrètement au cours des choses son orientation nouvelle et qui va s'étalant.
Si donc "écart" il y a, entre la Chine et notre monde ancien, on le voit d'abord à ce livre : "Classique" (jing), mais du "changement" (yi). S'agit-il même d'un "livre", à proprement parler ? Si livre il y a, du texte s'y rajoutant par couches successives, il se fonde, non sur une Parole mais sur un tracé : un trait plein ou brisé (– / - -) symbolisant l'un et l'autre facteur, yin et yang, opposés et complémentaires et formant polarité. Il ne propose pas de Récit, ni non plus de discours ou de raisonnement, mais un dispositif, à la fois aléatoire-opératoire et, comme tel, à manipuler : ces traits horizontaux se superposant se combinent en figures, de trois et six traits, telles qu'elles dérivent les unes des autres en même temps qu'elles s'inversent dans leur opposé ; celles-ci serviront à diagnostiquer, à travers leurs diagrammes, les lignes de force à l'œuvre dans chaque situation rencontrée. Ce "Livre" n'enseigne par conséquent pas un Message ni ne prétend délivrer un Sens (sur l'énigme du monde ou le mystère de la vie, que sais-je ?), mais porte à scruter, en montant du bas en haut de la figure et ligne après ligne, comment se déploie et s'infléchit la situation de façon positive ou négative, "faste" ou "néfaste", en fonction des tensions et corrélations observées et qui demeurent en devenir.

François Jullien, Les Transitions silencieuses.

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Prenons ces deux modes d'expression : "Le ciel est bleu", "Le ciel est-il bleu ? Oui." Il ne faut pas être grand clerc pour reconnaître ce qui les sépare. Le "Oui" ne rétablit nullement la simplicité de l'affirmation plane : le bleu du ciel, dans l'interrogation, a fait place au vide ; le bleu ne s'est pourtant pas dissipé, il s'est au contraire élevé dramatiquement jusqu'à sa possibilité, au-delà de son être et se déployant dans l'intensité de ce nouvel espace, plus bleu, assurément, qu'il n'a jamais été, dans un rapport plus intime avec le ciel, en l'instant – l'instant de la question où tout est en instance. Cependant, à peine le Oui prononcé et alors même qu'il confirme, dans son nouvel éclat, le bleu du ciel rapporté au vide, nous nous apercevons de ce qui a été perdu. Un instant tranformé en pure possibilité, l'état des choses ne fait pas retour à ce qu'il était. Le Oui catégorique ne peut ren…

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Cette agitation comique-troupier sur Céline m'a donnée envie de le relire, non pour protester dans je ne sais quelle posture trouduquesque-je-résiste, mais parce que je me suis souvenue de ces livres et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas relus. Je ne me souvenais pas que le début de Mort à Crédit était si beau, dans une tristesse poétique d'épave. Je trouve qu'on ne dit pas assez combien Céline était humain, autant dans ses vacheries que dans ses douceurs. Les hommes, il les trouvait cons, et fascinants de connerie, il en avait pitié aussi. Et la vacherie disparaît pour les "petites âmes", les gosses de pauvres, les vieux qui ne vivent plus que par un souffle, les chats… Il disait n'aimer que les danseuses, sinon. Tous les gens "légers", en somme. Il trouvait les gens lourds et méchants, et souffrants, et alors quand ils souffrent ils sont pire. Lourds, et tristes, et lents, voilà justement comment cela commence :
Nous voici encore …

Les 40 règles de la religion de l'amour

Règle nº 1 : La manière dont tu vois Dieu est le reflet direct de celle dont tu te vois. Si Dieu fait surtout venir de la peur et des reproches à l'esprit, cela signifie qu'il y a trop de peur et de culpabilité en nous. Si nous voyons Dieu plein d'amour et de compassion, c'est ainsi que nous sommes. Règle nº 2 : La voie de la vérité est un travail du cœur, pas de la tête. Faites de votre cœur votre premier guide ! Pas votre esprit. Affrontez, dépassez votre nafs avec votre cœur. Connaître votre ego pour conduira à la connaissance de Dieu. Règle nº 3 : Chaque lecteur comprend le saint Coran à un niveau différent, pour aller à la profondeur de sa compréhension. Il y a quatre niveaux de discernement. Le premier est la signification apparente, et c'est celle dont la majorité des gens se contentent. Ensuite, c'est le batini – le niveau intérieur. Le troisième niveau est l'intérieur de l'intérieur.Le quatrième est si profond qu'on ne peut le mettre en mo…