Classique du changement



Cherchons-nous un modèle non modélisé du devenir, une matrice qui intègre au sein même de la transformation son renouvellement et serve à saisir ce "changement de changement" qu'Aristote, se refusant à penser l'entre-formes, nous déclare impossible ? Retirons donc des mains des gourous ce livre de fond de la civilisation chinoise qu'est le fameux Classique du changement, ou Yi-jing, et exploitons ses cohérences. Issu des antiques pratiques divinatoires, il n'a d'autre objet en effet que de nous forner a`cette vigilance et d'éduquer notre attention : de nous apprendre à lire ces infléchissements graduels, continuels, au sein de la moindre situation, en suivant comment celle-ci se clive au fur et à mesure de son déroulement – à l'instar de ces clivages et fissurations détectées sur les os ou les carapaces soumis au feu, aux premiers temps de la mantique ; et aussi à observer les reconfigurations qui chaque fois en résultent, en les absorbant, et confèrent si discrètement au cours des choses son orientation nouvelle et qui va s'étalant.
Si donc "écart" il y a, entre la Chine et notre monde ancien, on le voit d'abord à ce livre : "Classique" (jing), mais du "changement" (yi). S'agit-il même d'un "livre", à proprement parler ? Si livre il y a, du texte s'y rajoutant par couches successives, il se fonde, non sur une Parole mais sur un tracé : un trait plein ou brisé (– / - -) symbolisant l'un et l'autre facteur, yin et yang, opposés et complémentaires et formant polarité. Il ne propose pas de Récit, ni non plus de discours ou de raisonnement, mais un dispositif, à la fois aléatoire-opératoire et, comme tel, à manipuler : ces traits horizontaux se superposant se combinent en figures, de trois et six traits, telles qu'elles dérivent les unes des autres en même temps qu'elles s'inversent dans leur opposé ; celles-ci serviront à diagnostiquer, à travers leurs diagrammes, les lignes de force à l'œuvre dans chaque situation rencontrée. Ce "Livre" n'enseigne par conséquent pas un Message ni ne prétend délivrer un Sens (sur l'énigme du monde ou le mystère de la vie, que sais-je ?), mais porte à scruter, en montant du bas en haut de la figure et ligne après ligne, comment se déploie et s'infléchit la situation de façon positive ou négative, "faste" ou "néfaste", en fonction des tensions et corrélations observées et qui demeurent en devenir.

François Jullien, Les Transitions silencieuses.

Posts les plus consultés de ce blog

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Les 40 règles de la religion de l'amour

La réponse est le malheur de la question