Vendredi soir et hier soir, regardé La Ballade de l'impossible, qui se laisse gentiment regarder, sans ennui mais sans passion, un peu comme les romans de Murakami, en fait, hormis La Fin des temps qui est joli. Pour Sherlock Holmes, j'ai calé au jeu insupportable et surfait de Cumberbatch. Sherlock en metrosexuel ? hum. Enfin, les séries policières me font rarement palpiter mais ce que j'aime dans Sherlock c'est ce climat victorien, sinon je n'y trouve pas d'intérêt.

Petit-déjeuner français café-croissants, pour changer de mon Frühstück charcuterie-fromage. J'ai l'impression de manger exotique.

—Le directeur des eaux me disait qu'on vendait les chaises sur lesquelles l'Empereur s'était assis. Ainsi, il y a des gens pour adorer la place de ses hémorroïdes. Et nous nous moquons encore des peuples qui rendent un culte aux fientes du Grand Lama.
(Journal des Goncourt, III)




Regardé le pilote de The Walking Dead, mais je ne continuerai pas, je n'accroche pas et tout est si prévisible. Il faudra que j'essaie Madmen.

Téléchargé la comédie humaine, la recherche, et près de 17 autres bouquins, Shakespeare, Woolf, Austen. Le kindle ne va pas arranger ma boulimie de lecture.


Tangage depuis hier avec mes nouvelles lunettes à verres progressifs. C'est surtout pénible le matin, c'est comme si j'avais la gueule de bois, mais avec sobriété. C'est certes plus moral en temps de Carême.

(le Carême, c'est comme l'éternité, long vers la fin).






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Les 40 règles de la religion de l'amour

La réponse est le malheur de la question