Maintenant le Livre noir de Pamuk m'ennuie. J'avais pourtant bien aimé ce livre, lu à Istanbul,  dans le même temps glacé et pluvieux que l'histoire. Jusque-là, c'était mon préféré de lui. Je me demande si La Vie nouvelle, que j'avais bien aimé aussi, me ferait le même effet.

Par contre, relisant le Proslogion d'Aselme, qui est un petit livre charmant et poétique, cela m'enchante, alors que la première lecture ne m'avait pas fait tant d'effet que ça. Je dois avancer en ontologie. C'est tout simplement délicieux à lire. 

*

Café au gingembre. Aussi bon qu'à la cardamome. Peut-être meilleur.

Tagliatelles à l'encre de seiche, sauce tomate basilic, pétoncles et noix de saint-jacques, vin blanc, crème fraîche, gingembre.

*

La clarinette dans Gnarly Buttons III, Put your loving arms around me. Un envoûtement. Et j'ai aimé ça, aussi :





Beijing Coma, très bon, un sacré roman. En même temps, ces récits d'une telle férocité sur la Révolution culturelle me font dire qu'on n'éprouve jamais assez d'amour envers ceux que l'on aime, en contre-partie, non pas pour gaver l'autre d'un trop-plein, t'aimer 'ras la gueule', jusqu'à t'étouffer, mais pour contrebalancer toute la haine du monde. 

'Les matins argentés sont toujours pleins de nouvelles résolutions' 
'Plus les gens disent que quelque chose n'existe pas, plus j'ai envie de partir à sa recherche.'

Naturellement, cela m'a donné envie de lire le Livre des monts et des mers. Traduction française épuisée, introuvable, disponible en anglais chez Penguin.

*

Je poursuis l'araméen et je me rends compte à quel point la traduction du Notre Père en français est nase. Malkutha, c'est 'Royaume' et non 'Règne'. Je ne sais pas mais, pour moi, c'est différent, la règle, le lieu. Reçu les deux grammaires en anglais, pas simples comme des Assimil, mais déjà plus lisibles et pédagogiques.

*

'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.'
De tous les personnages de Twin Peaks, Albert Rosenfield est mon idole. Je t'aime, Albert. En même temps, discuté très sérieusement sur la possibilité que Sansa Stark n'aille pas finir quand même avec Willas Tyrell, à la toute fin des fins. Le Limier, c'est trop beau pour cette greluche ; il mérite mieux.

*

Une fois par jour, écouteur aux oreilles, méditation, écoute et lecture d'une cantate de Bach. C'est ma lectio divina. L'heure peut varier dans l'après-midi, mais ce qui ne varie jamais, c'est que c'est aussi l'heure du Cornichon (ou Cornichonne), venu avec ses questions de Cornichon et ses besoins de Cornichon. Ou bien c'est le moment où Collègue vient tailler une bavette. Toujours. Des irruptions tranchant sur des heures de paisible et studieuse solitude. L'effet 'pause Bach' est fascinant sur les emmerdeurs..

Tournedos déglacé à la crème et à la moutarde aux figues et romarin, pommes de terre sautées.

*

Essayé les enfants d'Aragog (c.a.d. la valériane reçue d'Iran) bouillis dans l'eau. Goût pharmaceutique et effet somniférique indéniable, non placebo, parce que je ne pensais pas du tout que ça ferait plus d'effet qu'une verveine ; mais soudain, j'ai senti un engourdissement électrique, comme une ivresse froide. Me suis couchée à 22 h, réveillée à 1 h, et bizarrement, assez réveillée. Rendormie jusqu'à 5 h, puis re-rendormie. Du coup, je ne sais si ça a des effets somnolence ou réveil.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les 40 règles de la religion de l'amour