Gauvain le voyageur



Il m'a toujours semblé révélateur sur le plan de la psychologie que, dans la légende du Graal, Gauvain (qui est si proche, par son tempérament des voyageurs du XIXe siècle, de Layard, par exemple) soit si fasciné par la procession dans le château du Graal qu'il en oublie de demander ce qu'elle signifie. Dans sa Quête, il cherchait l'aventure et les sensations fortes et non des réponses à ses questions.
Flâneries ottomanes, Philip Glazebrook.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…