samedi 10 avril 2010

Tempus Paschale, infra octavam paschæ

Jolis mots du pape, consolants bien sûr (c'est la tendance actuelle du catholicisme) qui conseille de se dire : "Ma vie est voulue par Dieu depuis l'éternité. Je suis aimé, je suis nécessaire. Dieu a un projet pour moi dans la totalité de l'histoire... ma vie est importante et même nécessaire. L'amour éternel m'a crée et m'attend."

C'est un grand sentimental, cet homme. Évidemment, moi qui suis bien plus panzer-mystique que lui, je ne vois pas cette gentillesse céleste comme le réconfort d'une vaste nursery où, à la fin, on est sûr d'avoir sa part du goûter. Cette nécessité personnelle, je la relie à la djavanmardî, au service qui m'attend, à cette livrée unique au monde que personne d'autre ne peut endosser. On a (peut-être) tous, dans le monde, une épée du roi Arthur à saisir.

*

Mon passage préféré des Évangiles ? Peut-être le Matthieu 28, 20 : "Quant à moi, je suis avec vous chaque jour, jusqu'à la fin des temps." Mais j'aime aussi le Jean 22 : "Si je veux qu'il reste jusqu'à ma venue, ce n'est pas ton affaire." Et toc.

*

Sagesse de l'agent Dale Cooper : Se faire un cadeau par jour, comme prendre le temps d'une bonne tasse de café en plus. Comme Noël tous les jours, dit le Sheriff. Oui, se faire un cadeau, tous les jours, ne pas oublier. Comme dit le saint Matthieu des Ismaéliens, qui choie son âme choie son Seigneur.

*

L'indignation des catholiques devant les "persécutions et généralisations" dont ils font l'objet a quelque chose de comique si l'on pense qu'ils ont strictement la même attitude envers l'islam, en brandissant chaque cas de lapidation, bombe qui saute, burqa fantôme, etc., en cas exemplaire. Et que n'ont-ils glosé sur la pédophilie de Muhammad... Ce n'est pas aux juifs qu'ils devraient se comparer. Maintenant ils savent ce que c'est que d'être musulman en Europe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La Rose de Djam (série)

La Rose de Djam II :  La grotte au dragon C'est au cœur du pays yézidi que Sibylle laisse ses compagnons, pour s'enfoncer ...