Hebdomada V per annum



Marchant dans la ville, je vois ces quatre pommes au pied d'un arbre, sur la neige, comme soigneusement déposées. Je ne sais pourquoi, je pense au sema des Alévis de Dersim, le jour de l'Ashura, où à la fin de la cérémonie on remet à tous les participants (dont moi, donc) un sac contenant du pain sec, une pomme, du sucre, je ne sais plus quoi d'autre encore. Ou à ces signes que les Roms laissent sur leur route, ou aux signes de piste. Ou à Khidr, qui a une certaine affection pour les pommes. J'aime les signes des routes, même quand ça ne m'est pas destiné (et puis, comment savoir ?).

*

Le Carême commence mercredi (et demain au Kurdistan). J'ai hâte du jeûne. À la fin de l'hiver, et donc à la fin de l'année, se dégorger, faire le vide pour accueillir le nouveau, se laver de toutes les toxines organiques et morales qu'on a accumulées toute l'année, et ce pour le vrai Printemps, la Résurrection.

Commentaires

  1. AURORE

    Rayonnante et généreuse, petite aurore du printemps

    Rayonnante et généreuse, te regarde de tous ses yeux

    Rayonnante et généreuse, te souhaite la bienvenue

    Deux charbons dans l'encensoir et deux grains d'encens

    Rayonnante et généreuse, cette petite aurore

    Trace une croix de fumée

    Sur la porte de la Patrie

    Yannis Ritsos

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est très beau. Vivement le Printemps du monde.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…