Le sens de l'art


Un éminent critique Song fit un jour une confession charmante : "Dans ma jeunesse, dit-il, je chantais les louanges du maître dont j'appréciais les tableaux, mais au fur et à mesure que mon jugement mûrissait, je commençai à chanter mes propres louanges – puisque j'aimais ce que les maîtres avaient choisi de me faire aimer."

(…)

Les maîtres sont immortels, car leurs amours et leurs peurs vivent en nous à tout jamais.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les 40 règles de la religion de l'amour