À Chloris

Dingue de cet air, c'est la douceur, la tendresse retenue du piano, et l'enjouement mélancolique des paroles et de la voix, sûrement. Il y a une ressemblance avec les arias de Bach : la même dignité grave et gracieuse, précautionneuse aussi, comme des pas d'enfant incertains sur un parquet trop bien ciré, éblouissant et glissant.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"