De la fraîcheur de cave d'un tombeau


Delacroix, 1845, Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam

Se détacher du corps a été une lutte. Elle ne voulait pas mourir, cette chair de trente ans, pleine de santé et d'amour.

Seul le péril d'amour, dur seulement envers soi-même mais docile pour autrui, entraîne vers une vie nouvelle.

Noyau d'olive, Erri de Luca.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"