Réalisation

photo : LeilaN

"Vois, frère, le grand vent de la Gnose a soufflé :
Il a tout balayé, le voile de l'Illusion
Et les liens de Maya !

Les deux pôles de l'indécision ont été arrachés,
Et le faîte de l'aveuglement emporté !
A terre gît le toit du désir,
Le vase du mal a volé en éclats !

Quand le vent a cessé, tant de pluie est tombée,
Qui inonda de joie ton humble serviteur !
Dit Kabir : lorsqu'à nouveau s'est levé le soleil,
En moi la lumière a brillé !"

Kabir, Le Fils de Ram et d'Allah, trad. Yves Moatty.

Commentaires

  1. Anonyme5:09 PM

    absolument magnifique, de toute beauté, plein d'émotion

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les 40 règles de la religion de l'amour