Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2007

René le flamboyant vs Philippe et M. Persil

Emprisonné douze heures après l'échec du complot légitimiste de 1832, Chateaubriand décrit avec humour l'armée des mouchards, zélés agents de Vidocq, dont le Sieur Léautaud qui a pris part à son arrestation : "Il causait et me disait amicalement, car il était très honnête : "Monsieur le vicomte, j'ai bien l'honneur de vous remettre ; je vous ai présenté les armes plusieurs fois lorsque vous étiez ministre et que vous veniez chez le Roi : je servais dans les gardes du corps : mais que voulez-vous ! on a une femme, des enfants ; il faut vivre ! - Vous avez raison, M. Léotaud : combien ça vous rapporte-t-il ? - Ah ! monsieur le vicomte, c'est selon les captures... Il y a des gratifications tantôt bien, tantôt mal, comme à la guerre." Pendant ma promenade, je voyais rentrer les mouchards dans différents déguisements comme des masques le mercredi des Cendres à la descente de la Courtille : ils venaient rendre compte des faits et gestes de la nuit. Les uns é…

From another world

"The birds whose lives are the most remote from human knowledge are those that spend far from land in the wastes of ocean. Even when they come to land for breeding, as they must, it may be only at night, and then only to disappear into underground burrows or fissures of rock."

"The sense of mystery in man is, in the first instance, only an expression of his own ignorance ; but secondarily it may be the expression of how great, beyond human comprehension, the world is. Most of us are so preoccupied with our immediate lives and surroundings that, especially if we live only in cities, we are unaware of all the time and space beyond. There are urgent and wholly absorbing questions of politics, of economic production and trade, of social strife. Philosophers who could well have been born in the cafés of Paris, where they spend their lives, proclaim the doctrine that the worlds is man's world, that he is the sole creator of any order in it. They can see that this is so sim…

Le Duc d'Orléans

"M. de Duc d'Orléans avait eu, sa vie durant, pour le trône ce penchant que toute âme bien née sent pour le pouvoir. Ce penchant se modifie selon les caractères : impétueux et aspirant, mou et rampant ; imprudent, ouvert, déclaré dans ceux-ci, honteux et bas dans ceux-là : l'un, pour s'élever, peut atteindre à tous les crimes ; l'autre, pour monter, peut descendre à toutes les bassesses. M. le Duc d'Orléans appartenait à cette classe d'ambitieux."
"Il a laissé le moment conspirer ; il n'a conspiré lui-même que par ses désirs, dont il est probable qu'il avait peur."
"Il portait à sa boutonnière une cocarde tricolore : il allait enlever une vieille couronne au garde-meuble."
Mémoires d'outre-tombe, III, François-René de Chateaubriand.

"une peur intrépide"

Passionnantes Journées de Juillet racontées par Chateaubriand, de son point de vue bien sûr, que l'on sent d'ailleurs plus désespéré et amer devant la bêtise du camp royaliste, qu'il tente pourtant de défendre, que devant les têtes folles des barricades. Il a d'ailleurs une bien plus grande indulgence et même de la sympathie pour le peuple et les étudiants que pour les bourgeois qui tirent sur la garde à l'abri dans leur salon.

"M. Périer appartenait à cete classe bourgeoise qui s'était faite héritière du peuple et du soldat. Il avait du courage, de la fixité dans les idées ; il se jeta bravement en travers du torrent révolutionnaire pour le barrer ; mais sa santé préoccupait trop sa vie, et il soignait trop sa fortune. "Que voulez-vous faire d'un homme, me disait M. Decazes, qui regarde toujours sa langue dans une glace ?"
"Ceux qui jadis avaient recouvert les aigles napoléoniennes peintes à l'huile de lis bourbonniens détrempés à la …

The Storm Petrel and the owl of Athena

Livre mythique, que je rêve de tenir en main depuis que j'ai lu un extrait dans un agenda ayant pour thème le voyage, il y a 7 ans... Grosse émotion.
D'emblée je retrouve cet anglais magnifique, ces phrases presque mytiques dans leur tranquille et assurée limpidité. "Through all the years when I was pursuing my love-tracking local birds over field and meadow, through woods and swamps - the seabirds remained in my imagination as the parangons of nature." The Storm Petrel and the owl of Athena, Louis J. Halle, Introduction.

Ce qui m'énerve

De lire ou d'entendre le crétin du moment (il y en a toujours un, un moment ou un autre, un lundi de pluie) citer avec suffisance : "Tous les hommes sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres" en disant que c'est de Coluche.

Travel is dangerous for birds and men

"Un philosophe ishrâqî n'oublie jamais que sa philosophie est fait pour le conduire ailleurs."

Henry Corbin, préface au Vade-mecum des Fidèles d'Amour.L'archange empourpré: Quinze traités et récits mystiques

Ustad Shujaat Khan

Il a la voix veloutée d'un de crooner alors que je n'aime pas les crooner. Il a aussi la nonchalance languide d'un Caribéen alors que je déteste la plupart de la musique des Caraïbes, d'Amérique du sud et même d'Afrique noire. Mais en fait pour tout cela je fonds des pieds à la tête en l'écoutant. Dans Jis She pe nazar, il est envoutant.

Références.

"Cette ophtalmie qui s'appelle la bigoterie"

Ce que j'adore chez Sohrawardî, c'est qu'il ne s'embarrasse pas de fausse modestie, ni de précaution de langage et appelle un con un con :
"Tout le monde reconnaît que les hommes diffèrent entre eux par la rapidité de la pensée. Il y en a qui ne tireraient aucun profit de la méditation prolongée ; ils ne comprennent rien, étant complètement stupides. Il en est d'autres qui, par la rapidité de leur conception, déduisent une foule de choses de certaines questions, sans l'aide d'aucun maître humain." (allez savoir à qui il pense, là...) "On peut donc admettre qu'il y en ait qui possèdent une promptitude de conception d'une telle force, qu'ils atteignent en un temps très bref un grand nombre de connaissances."
Non seulement il est drôle, sacque sèchement quand il a affaire aux crétins mais en plus, il ne se fait aucune illusion sur lui-même : il est flamboyant et il le sait.



Toujours dans la série "je ne mâche pas mes mots&qu…

No, no es cierto que solo Dios basta

Sur la méfiance de l'église catholique envers l'angélologie et le combat de l'avicennisme latin, qui de façon inattendue, trouve un renfort avec la révolution copernicienne, objection majeure de Corbin : le Ciel d'Occident en devient, du coup, mortellement emmerdant et dépeuplé :

"Déjà en son monumental ouvrage, Pierre Duhem avait montré que la révolution astronomique qu'entraînait l'adoption de la théorie de Copernic, présupposait une révolution théologique. Or ce qui tourmentait la théologie officielle, les critiques et les sarcasmes du théologien Guillaume d'Auvergne nous montreront que c'était essentiellement toute la théorie des Intelligences et son aboutissement : la doctrine de l'Intelligence agente illuminatrice des âmes humaines, - bref toute l'angélologie. La théologie allait combattre tout émanatisme, revendiquer l'acte créateur comme une prérogative de Dieu seul, mettre fin au soliloque de l'âme humaine avec l…

Pédagogie angélique et individuation : Talem eum vidi qualem capere potuit

Résumé très clair et lumineux même, de Corbin, sur les différentes positions, notamment celle d'Abû-l-Barakât en plus de celle d'Ibn Sîna, qui éclaire davantage l'opinion de Sohrawardî, sur l'union ou la relation de l'Âme céleste et son pendant terrestre. C'est que le Sheykh al-Ishraq a un style d'une concision qui frôle l'elliptique, le cher garçon, obligeant à se reporter à ses commentateurs (Ghiyat ad Dîn Shirazî et Mollah Sadra) mais qui eux-mêmes y ajoutent leur grain de sel. En fait on ne comprend bien Sohrawardî que lorsqu'on a saisi Ibn Sîna, c'est-à-dire d'où Sohrawardî reprend la route et d'où il s'éloigne du point de départ.

Sur la question de l'individuation de l'âme et de celle de la dyade Âme céleste/âme humaine, en gros les âmes humaines sont-elles toutes et procèdent-elles toutes de la X° Intelligence en ayant le même type de dyade avec elle ou y a -t-il pour chacune un couple différent ?

"Ici l'individ…

Avicenne et le récit visionnaire

Ibn Hazm disait que derrière la prétendue objectivité des "rationnalistes" se cachait en vérité beaucoup de motifs psychologiques, subjectifs, circonstantiels inavoués. Ibn Sîna, lui, par sa philisophie illuministe, résoud la question, en quelque sorte : c'est par la raison et ses chemins détournée qu'il est mené à son moi profond :

"Or, dans le cas de l'avicennisme comme dans le cas de tout autre système du monde, c'est le mode de présence assumé par le mode de philosophie qu'il professe, qui apparaît en fin de compte comme l'authentique élément situatif de ce système considéré en lui-même. Ce mode de présence se dissimule le plus souvent sous la trame des démonstrations didactiques et des développements impersonnels. C'est lui pourtant qu'il s'agit de déceler, car il décide sinon toujours de l'authenticité matérielle des motifs incorporés dans l'oeuvre du philosophe, du moins de l'authenticité personnelle de s…

La maison Platon n'a pas de succursale

"J'ai vu aujourd'hui à un coin de rue du vieux Nîmes cette annonce singulière en gros caractères : La maison Platon n'a pas de succursale. Elle a bien raison, la maison Platon, qu'elle reste où elle est, elle n'a pas une succursale en notre amour qui n'est point, qui ne peut pas, qui ne pourra jamais être platonique, mais il faut que nous nous aimions autant hors de la chair que dans la chair." Apollinaire à Lou, le 17 janvier 1915.
"Et les chevaux de frise écumaient sous la pluie. Ô glauque jour où va le régiment de sites. Ô tranchées, soeurs profondes des murailles."
Le Poète assassiné, "Cas du brigadier masqué".

Nuisibles

La Préfecture de Paris pousse une gueulante contre les "incivilités" des 4 roues et notamment "l’engagement des automobilistes dans des intersections alors qu’ils n’ont manifestement pas la possibilité de progresser sur la chaussée en est l’un des exemples les plus caractéristiques. Se retrouvant ainsi au milieu du carrefour, "ils bloquent entièrement la circulation et créent des dangers supplémentaires pour les piétons et les deux roues". "
Ouais, et les grands champions en la matière sont les bus, particulièrement les double-bus qui adorent s'étirer comme de monstrueuses chenilles sur tout un carrefour, histoire de gagner 20 cm et qui pour le coup arrivent à bloquer piétons et automobilistes. Mais je suppose que si on se met à verbaliser les conducteurs des Bus de Paris on va avoir droit à la méga-grève géante indignée...
Je hais les bus parisiens, ils sont aussi acharnés à forcer le passage des piétons et à brûler les feux que les cyclistes, c'es…

La voix d'Ispahan

"Sont-ce des mendiants qui se plaignent, qui gémissent avec tant d'ardeur ? Le roi qui les écoute, murmure : "C'est la voix d'Ispahan qui arrive jusqu'à moi, issue d'une nuit noire comme le sang des pavots."

Et tandis qu'il y songe, c'est l'odeur des jasmins que j'imagine.
Minuit ! un pauvre pâtre crie dans un désert glacé : c'est l'Asie nocturne d'où le mal s'étend sur le monde.
Des éléphants barrissent. Une heure du matin ! C'est l'Inde !
Puis le Tibet. On entend sonner les cloches sacerdotales.
Trois heures : le bruit des milliers de barques s'entrechoquant avec douceur sur les bords du fleuve à Saïgon.
Doum, doum, boum, doum, doum, boum, doum, doum, boum, c'est Pékin, les gongs et les tambours des rondes, les chiens innombrables qui glapissent ou aboient mêlant leurs voix au lugubre bruit des rondes. Un chant de coq éclate, annonçant l'aube qui, livide, abandonne déjà la blanche Corée.
Les doig…

Il mit l'éternité en miette

J'adore Apollinaire et en relisant Le Poète assassiné, je me remémore à quel point il peut être drôle.
"Lili de Mercoeur, un grand nom, paraît-il (pas le sien naturellement), et puis assez vilain pour une femme chic, ça s'écrit Mercoeur : "Il faut prononcer Mercure", disait-elle la bouche en cul de poule. Et vous savez, elle a fini par là, on l'a remplie de mercure* comme un thermomètre. Elle me demandait le matin : "Quel temps fera-t-il aujourd'hui ?". Mais je lui répondais : "Vous devez le savoir mieux que moi..."

* Evidemment, pour savourer le sel (de mercure) il faut se souvenir de ce que l'on soignait au mercure ; relire notamment Casanova, et Saint-Simon, persifflant sur Vendôme Sans-Nez...


"Et Mme Dehan se mit à sangloter comme un pot-au-feu qui déborde. Macarée versa des larmes aussi abondantes que celles d'une baleine qui souffle. Mais que dire de Melle Baba ? Les lèvres bleues de myrtilles, elle pleura tant et ta…

Après Florénséhusein,"Romain-quat'mois"

Je lui ai tellement cassé les couilles cet aprem et les tympans aussi en lui hurlant mon ire (oui même par msn on peut hurler son ire) avec la fureur qui fumait par tous les naseaux et un apoplectique mépris écoeuré par ce petit trou du cul geignard qui joue les Guy Mocquet du Sarkozysme en chougnant ensuite que c'est pas juste si les révolutionnaires de cette trempe atterrissent au gnouf, que bon il s'est fendu d'un post pour morigéner son canard préféré, ce qui est méritant de sa part, mais pas autant que d'avoir secoué sa flemme.