Le rire du jour :

"Elle ne s'était pas doutée que notre temps, qui a probablement perdu la notion de passion amoureuse parce qu'elle est plus religieuse que sexuelle, juge puéril de se préoccuper encore d'amour, mais voue tous ses efforts au mariage dont il analyse le processus naturel avec une méticuleuse vigueur. Déjà alors étaient parus nombre de ces livres qui parlent, avec la candeur loyale d'un maître de gymnastique, des "révolutions de la vie sexuelle" et veulent aider les hommes à être mariés, et néanmoins contents. Dans ces ouvrages, l'homme et la femme ne s'appellent plus autrement que "porteurs de germes mâles ou femelles" ou encore "partenaires sexuels", et on baptise "problème sexuel" l'ennui qu'il s'agit de bannir de leurs rapports par toute espèce de variantes physiques ou psychiques."


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…