Trois saisons



J'adore ces films asiatiques qui sont des films scoubidous. C'est-à-dire tressés d'histoires et de vies différentes, dont chacune porte une couleur différente : rouge, ici, pour celle du cyclopousse et de la prostituée, bleu pour l'enfant à la boite, vert pour la cueilleuse de lotus et le Maître lépreux au masque de lion et à la poésie si douloureusement suave, gouttes de larmes sur feuilles de lotus. J'aime aussi ces films calmes, longs et lents, qui m'ennuient infiniment moins que ceux-là où les cascades et "l'action" se succèdent à un rythme pauvrement effréné. En fait il se passe une foule de choses dans Trois Saisons.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 40 règles de la religion de l'amour

Pétrarque et la bataille de l'"arabisme"

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…