La merveilleuse sonate 1 en do opus 2 pour clavecin d'Edelman. Je dis merveilleuse pour la simplicité apparente, naïve et tendre de quelques mesures (con expressione) qui s'infléchissent et s'attendrissent. C'est le dernier souffle du gracieux 18° siècle. Après viendra l'emphase romantique, à qui il faudra un piano pour mugir.

Sur le CD de l'enregistrement de Sylvie Pecot-Douatte, le sous-titre est dans la même provocation fraîche :

Jean-Frédéric Edelmann
Musicien Strasbourgeois des Lumières
Victime de la Révolution française

Edelmann est un des compositeurs à qui l'on a pu attribuer l'air de la Marseillaise.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La réponse est le malheur de la question

Tout cela est si lent, si lourd, si triste…

Les 40 règles de la religion de l'amour